Cessez tous d’encourager local!

En cette période plutôt incertaine, on ne cesse de voir partout l’importance d’encourager local. Des campagnes publicitaires ont même été créées afin d’alimenter le mouvement! Pour plusieurs, c’est normal de le faire. Pour d’autres, c’est une adaptation qui demande plus de temps.

Achat local

Bien, moi je vous dis : Arrêtez! Ça ne donne pas les résultats escomptés d’encourager local!

OK! Je m’explique avant de me faire lancer des tomates…

Par définition (merci M. Larousse), le verbe transitif encourager signifie de « donner à quelqu’un, le réconforter ou l’inciter à persévérer, à faire mieux, stimuler : Encourager quelqu’un d’un geste. » On s’entend sur le fait qu’en ce moment, ce n’est pas d’encouragements dont nos entrepreneurs ont besoin, mais de VENTES?

En ce moment un restaurateur est bien heureux de nous entendre dire qu’il fait les meilleurs plats du monde mais il a surtout besoin qu’on en commande pour se régaler à la maison afin de pouvoir éviter le maximum de pertes et qu’il puisse garder ses employés à l’œuvre. Car, c’est bien logique : s’il libère un employé faute de travail, ce dernier cherchera et trouvera peut-être ailleurs. Et en ce moment, l’embauche est l’un des pires cauchemars de l’entrepreneuriat québécois.

C’est certain aussi que le propriétaire d’un commerce local est bien content de voir que nous aimons (à grands coups de pouces bleus) ses publications sur les réseaux sociaux. Mais en vrai, il a besoin que tu achètes ses produits afin de pouvoir payer le loyer. Donc, on doit cesser de mettre l’emphase sur le fait d’ENCOURAGER et passons à l’action : ACHETONS local!

Nos entrepreneurs locaux ont vraiment besoin que nous achetions, dépensions chez eux, investissions dans leurs entreprises. L’achat local est primordial, il en va de la survie de nos petits commerces de quartier, de ces belles entreprises établies chez nous! Croyez-moi, nous sommes choyés d’avoir dans notre coin, dans notre ville, dans notre province ou même dans notre pays, des gens motivés à ne pas baisser les bras, à livrer des marchandises de grande qualité et des services exceptionnels. Certains, en ce moment, cherchent malheureusement la subvention ou le coup de pouce financier qui leur permettra de survivre. En plus de tout ce stress causé par l’incertitude qu’engendre la crise sanitaire et tout ce qui vient avec, le commerçant doit se réinventer afin de pouvoir continuer à faire ce qu’il fait de mieux dans un environnement modifié et avec des contraintes strictes!

Alors voilà ACHETONS LOCAL! Privilégions les petites entreprises ou les franchises qui sont la propriété de concitoyens (car oui, certains commerces sous de grandes bannières sont la propriété de franchisés) mais cessons d’encourager… Ou du moins, prononcez de bons mots d’encouragements à la sortie du commerce, du restaurant, de l’entreprise avec votre facture payée! Achetez, payez et ensuite donnez la tape dans le dos et la dose de motivation qu’il leur faut pour poursuivre! Ensemble, avec l’effort collectif, nous allons réussir à passer au travers!

Équipe

Amélie
Amélie
Vincent
Olivier
Jonathan
Arianne
Xavier
Claude
Marie
Chantal
Patrice
Marie-Pier
Jennifer